Tout savoir, Vrai ou faux sur la cigarette électronique

On peut arrêter le tabac grâce à la cigarette électronique.

Vrai ! C’est un fait : des études d’observation montrent que plus de 70 % de fumeurs arrêtent de fumer grâce à la cigarette électronique. Ce chiffre peut être obtenu à condition que les fumeurs utilisent au début des dispositifs leur apportant le même taux de nicotine que leurs cigarettes habituelles.
De plus, il est conseillé de « vapoter » des e-cigarettes à volonté, tout en ne s’interdisant pas les cigarettes habituelles. Les fumeurs qui procèdent de cette manière sont ceux qui passent le plus facilement, de la cigarette à la e-cigarette, et cela en quelques mois. Par la suite, ces e-fumeurs ont souvent envie de diminuer le taux de nicotine de leur e-cigarette et y parviennent progressivement.

La e-cigarette ne sert à rien si elle contient de la nicotine.

Faux ! Beaucoup pensent que si l’on reste accro à la nicotine avec la e-cigarette, il est inutile d’arrêter le tabac. C’est une énorme erreur. Dans la cigarette classique, le danger ne vient pas de la nicotine. Il vient de la combustion du tabac produisant des goudrons, des particules fines et un gaz extrêmement toxique, le monoxyde de carbone. Ce sont ces substances qui entraînent le danger du tabac, les cancers, les problèmes cardiovasculaires, les difficultés de fertilité, les bronchites chroniques, etc. Les cigarettes électroniques ne contiennent aucune de ces substances. C’est bien pour cela que les fumeurs passant à la cigarette électronique retrouvent leur souffle, leur vitalité sexuelle (de meilleures érections pour les hommes et une meilleure lubrification vaginale), arrêtent de cracher et tousser (en quelques mois si leurs poumons sont encore en état suffisamment bon) et se sentent bien mieux en quelques jours et encore mieux en quelques semaines.

Il est dangereux de fumer dans une même journée cigarette électronique et cigarette au tabac.

Faux. Quand on passe à la cigarette électronique, il n’est pas interdit de fumer des cigarettes classiques. Cela n’entraîne aucun danger particulier. Au contraire, les tabacologues constatent que le fait de ne pas poser d’interdit aide à arrêter tranquillement sans faire trop d’effort. Et c’est une bonne chose car l’effort est très difficile à tenir sur le long terme.
Inhaler de la nicotine, celle des cigarettes classiques et celle des cigarettes électroniques, dans une même journée ne présente pas de danger particulier par rapport à fumer uniquement des cigarettes de l’industrie du tabac, bien au contraire, puisque chaque cigarette électronique qui remplace une cigarette classique diminue les taux de goudrons, de monoxydes de carbone et de particules toxiques qui passent dans les poumons.

Le tabagisme passif de la cigarette électronique n’est pas nocif.

Vrai. La e-cigarette ne produit pas de fumée, mais de la vapeur d’eau et cette vapeur disparaît à 95 % en moins d’une minute, soit 100 fois plus rapidement que la fumée du tabac.  Le « vapoteur » ne vous souffle aucun monoxyde de carbone, aucun goudron, aucune particule toxique dans la figure, pas plus qu’il n’en souffle dans l’atmosphère. Il n’est donc pas dangereux d’être un « vapoteur passif ». Cela dit, la cigarette électronique peut dégager des parfums et elle est à éviter dans les lieux publics par assimilation aux cigarettes classiques, par respect des non-fumeurs… et aussi par respect des fumeurs de tabac qui sont gênés de voir quelqu’un reproduire ce geste et leur donner envie de fumer dans un lieu où cela est interdit !

On peut devenir dépendant de la nicotine contenu dans la e-cigarette.

Vrai, mais pas si gênant !
Quand la cigarette électronique contient de la nicotine, le vapoteur peut être dépendant de sa dose de nicotine. Il peut devenir plus dépendant de l’e-cigarette que d’un substitut nicotinique d’aide à l’arrêt du tabac comme un patch, une gomme à mâcher ou d’un inhalateur à la nicotine.
Ce phénomène est dû au fait que la dépendance à la nicotine dépend de la vitesse à laquelle la nicotine passe dans le sang du consommateur. Or, elle passe très vite dans le sang avec l’inhalation du tabac, moins vite avec l’e-cigarette, et encore moins vite avec les substituts nicotiniques y compris les inhalateurs. La dépendance maximale est donc celle de la cigarette,  la cigarette électronique entraînant une dépendance moindre mais réelle, et les gommes à mâcher, patchs ou inhalateurs une dépendance possible, mais plus faible.
La différence entre la dépendance entre e-cigarette et cigarette classique semble cependant très intéressante, puisque la majorité des e-fumeurs commence spontanément, au bout d’un mois, voire plus tôt à diminuer sa consommation de nicotine…. Ce qui n’est bien sûr pas le cas avec les cigarettes à tabac.

On ne connaît pas les dégâts à long terme des cigarettes électroniques.

Vrai.
La cigarette électronique est un produit récent, et l’on ne possède pas des dizaines d’années de recul comme avec la cigarette. Néanmoins, on sait que 1 fumeur sur 2 mourra à cause du tabac, soit 50%. Et comme l’affirme l’Ofice Français du Tabagisme (OFT) : « La e-cigarette, bien fabriquée et bien utilisée, est en elle-même un produit qui présente des dangers infiniment moindres que ceux de la cigarette… » Diminuer son risque de mortalité quand on est à 50 %, ça en vaut la peine ! D’ailleurs, de nombreux pneumologues affirment voir leurs patients fumeurs revivre, et surtout « re-respirer », retrouver leur souffle quand ils passent à l’e-cigarette. Pour un fumeur qui souffre du tabac, qui aimerait fumer moins ou arrêter, il est donc intéressant de tester l’e-cigarette, au moins pour se faire une idée, même si le but n’est pas forcément d’arrêter immédiatement. On sait aussi que quitte à ne jamais arrêter, il vaut certainement mieux vapoter que fumer pour le restant de ses jours ! Notons aussi que les substances contenues dans la vapeur de la e-cigarette sont connus et considérées comme non toxiques aux doses où elles sont « vapotées ».

La cigarette électronique produit la même sensation que la cigarette classique.

Faux.
Tous les fumeurs qui l’on testé vous le diront : la cigarette électronique n’apporte pas la même sensation que leur vieille cigarette ! Il faut l’essayer avec curiosité pour l’expérimenter, pas pour comparer. La e-vapeur peut dessécher un peu la bouche et il faut savoir boire suffisamment d’eau pour éviter cette gêne. D’autre part, la fumée du tabac est une fumée de combustion brûlante, très différente de la vapeur tiède de la e-cigarette. De plus, la nicotine apportée par la e-cigarette produit un effet un peu moins rapide. Il faut donc accepter de prendre un moment, quand on est fumeur, pour faire connaissance avec la e-cigarette et l’apprécier. La cigarette électronique permet de conserver le plaisir de la gestuelle et l’avantage aussi est que l’on peut vapoter tranquillement, sans se dépêcher de prendre des bouffées avant que la cigarette ne se consomme seule.
Au total, un fumeur qui sait que la sensation sera différente apprécie l’e-cigarette. Et le souffle retrouvé au fil des jours est un élément s’ajoutant au plaisir de vapoter.

Article rédigé par Catherine Solano, médecin généraliste et tabacologue

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*